Pour faire renaître le solaire: 1 000 MW de projets pour le photovoltaïque en 2013

Dans l’objectif de relancer la filière photovoltaïque française, massacrée par la baisse des aides fiscales en 2011, 1 000 MW de projets solaires vont voir le jour en 2013. Il s’agit de mesures d’urgence prises suite à la conférence environnementale de septembre dernier. Les objectifs sont donc du double de ce qui existait auparavant (500 MW). Le secteur était devenu moribond, entraînant avec lui les ENR dans leur ensemble, sous la pression sans grand doute des énergéticiens leaders, dont le lobby nucléaire et compagnie.

L’essentiel pour les industriels étant de définir un cadre stable et durable pour le développement de l’énergie solaire et des autres ENR par voie de conséquence.

L’objectif est double :

  1. Réorienter la politique de soutien vers la mise en place d’une filière industrielle durable créatrice de valeur ajoutée sur le territoire national, permettant de réduire le déficit commercial du secteur solaire qui est estimé à 1,35 Mds € en 2011.
  2. S’inscrire dans la perspective d’un “patriotisme écologique” pour que le développement des énergies renouvelables soit un facteur de compétitivité et de créations d’emplois.

relance filière photovoltaïque

Les deux mécanismes de soutien

Suivant la puissance de l’installation,  on aura :

  • Des appels d’offres pour les installations sur bâtiments de plus de 100 kWc et les centrales au sol.
  • Des tarifs d’achats, ajustés chaque trimestre, pour les installations sur bâtiments de moins de 100 kWc (seuil équivalent à une surface de 1 000 mètres carrés de panneaux photovoltaïques).

Petites et moyennes installations

Pour les petites installations sur toiture d’une puissance maximum de 100 KW, entérinant le doublement des projets de 200 à 400 MW par an, on aura :

  • Une grille tarifaire simplifiée où il n’y aura plus de distinction selon l’usage du bâtiment.
  • Les tarifs d’intégration simplifiée au bâti seront majorés de 5 %.
  • Tous les projets pourront bénéficier d’une bonification supplémentaire allant jusqu’à 10% en fonction du lieu de fabrication des modules PV.
  • Le tarif dédié aux autres installations sera minoré de 20% mais également assorti de la bonification d’au plus 10%, afin de privilégier le développement des installations créatrices d’innovation et de développement local.

On prévoit que l’ensemble de ces mesures générera la création ou favorisera le maintien d’environ 10 000 emplois.

Pour les installations de taille moyenne comprises entre 100 et 250 KW, Delphine Batho, la ministre de l’Ecologie a décidé de la suite à donner à l’appel d’offres automatique. Les résultats des premières périodes ayant été peu satisfaisants en termes de retombées industrielles, cet appel d’offres sera poursuivi avec des conditions améliorées pour un volume global de 120 MW sur un an, répartis en trois tranches de 40 mégawatts.

Grandes installations

Pour les installations supérieures à 250 KW, un appel d’offre de 400 MW concernera par parts égales :

  • Les technologies innovantes : PV à concentration et PV avec suivi du soleil
  • Les technologies matures sur ombrières et toitures

Pour les centrales au sol, les sites dégradés de type friches industrielles, anciennes carrières ou décharges seront privilégiés.

Télécharger le dossier de presse

Ce contenu a été publié dans Actualités, Energies renouvelables, Vivre autrement, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Poursuivre votre lecture :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *