4 scénarios pour la transition énergétique

Ce sont donc quatre trajectoires distinctes qui doivent nous permettre d’atteindre les engagements de la France d’ici 2050. Celui de baisser ses émissions de CO2 par quatre, le fameux facteur 4. Le groupe de travail mix énergétique dont était coordinatrice Maryse Arditi de France Nature Environnement, a donc élaboré quatre scénarios qui sont autant de promesses.

Logo du Débat National sur la Transition Energétique

  1. “Sobriété” préconisant la sortie du nucléaire et une forte baisse de la demande d’énergie d’ici 2050.
  2. “Décarbonné” prévoyant au contraire une hausse de la consommation notamment électrique en donnant la priorité à l’atome.
  3. “Efficacité” avec une baisse globale de 50 % de la demande mais avec une hausse pour l’électricité.
  4. “Diversité” basé sur une hypothèse croisée entre le remplacement partiel du parc nucléaire, une baisse de 20 % de la demande et avec une taxe carbone.

En l’absence de consensus, d’ici le 18 juilletdate de la remise des recommandations, le gouvernement devra trancher avant la loi de programmation prévue en octobre. On peut donc supposer sans craindre de se tromper que la pression des lobbys en place sous les ors des ministères ne va pas diminuer. Et le téléphone de miss Batho ne va pas non plus s’arrêter de sonner.

Mais on a pas beaucoup parlé d’ Europe lors de la présentation, et il faudra bien s’accorder avec nos voisins européens, si on veut créer une Europe de l’énergie. Car la concurrence fait rage avec le dumping environnemental US. Irresponsable autant que cynique sur les gaz et huiles de schistes qui pousse l’Europe à la surenchère pour la baisse des prix.

Le financement de la transition énergétique

Autre sujet brûlant et pourtant insuffisamment abordé, le financement de la transition. Le groupe de travail dédié souhaite donc une plus grande affectation de l’épargne réglementée (Livret Développement Durable ou Livret A). Une autre piste consiste à étendre l’action de la Banque Publique d’Investissement en facilitant sa capacité à garantir des prêts bancaires auprès des TPE-PME pour les montants inférieurs à 20 000 €.

Il préconise également de développer des circuits courts de financement sur les territoires : crowdfunding, initiatives bancaires locales, emprunts obligataires et toutes les mesures simplificatrices dès lors qu’il s’agit de la transition.

Il s’agit aussi d’améliorer, de simplifier et de mettre en cohérence les nombreux dispositifs existants : crédit d’impôt développement durable (CIDD), éco-prêt à taux zéro, aides de l’Agence nationale de l’habitat (Anah), aides locales, certificats d’économie d’énergie (CEE), etc..

On attend également l’annonce de Jean-Marc Ayrault, vraisemblablement dans la première quinzaine de juin qui doit présenter un plan d’investissement concernant également la transition énergétique.

Au niveau de l’Europe, le dernier sommet qui a réuni le 22 mai les chefs d’Etat et de gouvernement a donné lieu à une entente en faveur du financement de la transition énergétique. Il doit s’articuler aussi autour de la chasse à l’évasion fiscale qui représente des milliards d’euros bien utiles à cet immense chantier.

Si chaque pays reste souverain de son mix énergétique, il s’est accordé sur un certain nombre de mesures coercitives pour encadrer davantage les flux financiers. Comme la création d’un système d’échange automatique d’information sur l’ensemble des revenus des résidents européens. Ou la révision des accords avec la Suisse, le Liechtenstein, Monaco, Andorre et Saint Marin pour qu’ils appliquent des mesures fiscales équivalentes à celles qui prévalent dans l’Union.

Philippe Aubert
Eco-blogueur

Ce contenu a été publié dans Actualités, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Poursuivre votre lecture :

Une réponse à 4 scénarios pour la transition énergétique

  1. Quentin dit :

    Dans ces scénarios, peu atteignent le fameux objectif facteur 4 ! C’est dommage…

    Non seulement, il ne sont pas contraignants pour l’instant (attendons de voir ce que le gouvernement sortira), mais en plus ils ne vont pas assez loin. Sauf Négawatt !

    Quand prendra-t-on le taureau par les cornes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *