Transition énergétique, une chance pour 2 Français sur 3, c’est énorme !

Selon un sondage réalisé par le ministère de l’Ecologie, près de 2 Français sur 3 considèrent la transition énergétique comme une chance et une occasion de bâtir un nouveau modèle de société. Moins de 3,5 % des citoyens interrogés y voient un risque.

L’expression “sagesse populaire” trouve ici tout son sens, de manière totalement nouvelle par rapport à la prise de conscience qui prévalait il y a ne serait-ce qu’un an. Chose rare, elle voit un prolongement dans l’annonce récente de François Hollande d’inclure la transition dans le prochain plan d’investissements à venir qui recense les secteurs clés de l’économie française à venir.

Camembert du sondage sur la transition énergétique

L’annonce faite par Jean-Marc Ayrault doit intervenir maintenant dans la première quinzaine de juin. On ose espérer que nous aurons donc une loi de programmation prévue en octobre à la hauteur des ambitions présidentielles et de l’attente de l’opinion.

La transition énergétique est une chance

Ce sont les premiers résultats d’une enquête réalisée par le ministère de l’Ecologie lors de la Journée citoyenne du 25 mai. En collaboration avec 14 régions, un panel de 1 115 personnes provenant de 11 régions et 3 départements d’Outre-Mer se sont exprimées sur les enjeux de la transition énergétique.

Les participants avaient reçu préalablement un livret d’information du Débat sur la Transition Energétique présentant les termes de l’équation. Pour les personnes interrogées sur la transition énergétique, 66 % y voit une chance de s’engager dans un nouveau modèle de société plus sobre, avec une nouvelle qualité de vie, plus respectueuse de l’environnement. Pour 47 % une urgence, car le modèle énergétique actuel n’est plus soutenable du point de vue de l’environnement. Quand seulement 3,5 %  y voient un risque fort pour les emplois actuels. Et 1 % seulement pour qui cette question est une erreur car non prioritaire.

Ce sont quasiment les mêmes chiffres qu’on retrouve pour la question sur la forte réduction des consommations d’énergie où 60 % y voient une chance pour la société, les ménages et les entreprises. Et 24 % un moyen de réduire notre impact sur l’environnement. 

La clairvoyance du panel est assez stupéfiante, car les instituts qui ont réalisé ce sondage ont veillé à ce que les participants ne soient ni des professionnels ni des militants.

A la question Quelle serait pour vous les principales conséquences pour la France de ne pas changer sa stratégie énergétique ? 44 % répondent par Une dépendance trop forte vis-à-vis des pays fournisseurs d’énergie fossile, notamment du pétrole. Le même chiffre pour Une augmentation durable et accentuée du coût de l’énergie et pour 49 % Un risque de faire porter aux générations futures la nécessité d’agir dans l’urgence.

Pour Les grandes décisions les plus importantes à mettre en oeuvre rapidement, pour 46 % c’est Réorienter les investissements vers les énergies renouvelables et le développement de filières économiques et 50 % Lancer un vaste programme de recherche et développement au niveau national et européen.

La progression de la prise de conscience de l’opinion est donc spectaculaire.

Un préalable indispensable, l’adhésion de l’opinion

La transition en actes ne sera pas un champ de roses pavé alentour de riantes vallées. Si le premier effet de levier consiste dans les économies d’énergie (voir rapport négaWatt), cela veut dire qu’il faudra déjà transformer à tour de bras une bonne partie des logements dont beaucoup sont des passoires énergétiques. Selon une récente étude à laquelle a participé le cabinet de conseil Alcimed, on estime le nombre de logements à rénover à 5 millions ce qui pourrait générer des dizaines de milliers d’emplois non délocalisables.

La précarité énergétique touchent déjà 80 millions d’européens et jusqu’à 8 millions de Français qui n’ont pas les moyens de se chauffer correctement pendant l’hiver. Dans le sondage, 11 % des personnes se considèrent en situation de précarité énergétique, ce qui prouve donc qu’une formule encore inexistante il y a moins de dix ans à fait son chemin.

Or, 2 500 000 maisons individuelles et 900 000 logements collectifs sont encore chauffés au fioul. Et la décision de baisser les aides fiscales en 2011 sur le photovoltaïque a entraîné avec lui dans le marasme toute une filière destinée à transformer le parc énergétique.

Il serait donc pertinent que Delphine Batho montre ce sondage à François Hollande. Avec l’impérieuse nécessité de changement et l’adhésion de l’opinion en prime, il n’y a plus qu’à prendre les bonnes décisions. Sauf à écouter les sirènes des principaux groupes énergétiques actuellement en place et qui se rêveraient inamovibles.

Philippe Aubert
Eco-blogueur

 

Ce contenu a été publié dans Actualités, Vivre autrement, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Poursuivre votre lecture :

Une réponse à Transition énergétique, une chance pour 2 Français sur 3, c’est énorme !

  1. Quentin dit :

    C’est effectivement un premier pas encourageant : la prise de conscience.

    J’espère que le second pas va vite venir : la concrétisation. Car pour l’instant, j’ai plutôt tendance à entendre ça :
    “Isoler ma maison, c’est trop cher”
    “Les énergie renouvelable, c’est super, il faut absolument les développer, mais loin de chez moi !”.

    Espérons que les choses vont changer rapidement !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *